Stéphanie Buttier est artiste et paysagiste D.P.L.G. depuis 1998.  Elle conçoit ses sculptures et ses installations pour les insérer avec finesse dans les espaces publics et les jardins.

Par tressage, assemblage ou entremêlement, elle met en œuvre des matériaux difficiles à dompter, qu’elle doit donc affronter avec une grande énergie physique : le saule tressé, le métal, la céramique, le plastique…. Elle réinterprète ainsi des savoirs faire traditionnels, qu’elle actualise en les combinant, en leur faisant subir des mutations formelles et poétiques.

 

En 2008 elle réalise la scénographie et les costumes de « L’Ogrelet », de Suzanne Lebeau, pour la « compagnie soleil sous la pluie » dirigée par Catherine Gendre. Puis « Les souliers rouges » en 2011, et en 2013 « Babel » ; Spectacle déambulatoire tout public en coproduction avec la médiathèque l’Astrolabe de Melun.

Dernièrement, en duo avec Sophie Larger artiste designer, elle réalise une Installation végétale « Les invasives » qui investit tout le hall de La Filature, Scène Nationale de Mulhouse lors d’une résidence artistique en 2015/2016.

 

 


 

 

 


Née en 1974,  Laure Portokalopoulos commence à pratiquer les Arts du Cirque à l'âge de 10 ans. Très vite, elle se spécialise dans l'aérien et entame ses premiers spectacles.

En 1993, elle participe au stage de sélection d'entrée à l'école de cirque de Rosny-sous-Bois. Laure va continuer à se former dans différents domaines notamment le trapèze volant, discipline qu'elle apprendra à partir de 2001 au contact de différents professeurs : Jean

Palacy, Les Siamangs, ToutFou To Fly, le P'tit Cirk.

Parallèlement, elle joue dans les spectacles proposés par la compagnie et participe à de nombreux festivals : la Piste aux Espoirs, Circa, Talents de Scène, festival européen d'Evaux-les-Bains.

Actuellement, Laure est directrice de la compagnie Les Saltimbanques de l'Impossible dans laquelle elle est artiste et formatrice.

 

 


Passionné par la danse dès son plus jeune âge, Adriano  Nicolini apprend seul la danse dans la ville de Grand-Couronne. En 2001, à même pas 10 ans il se repasse inlassablement des vidéos de démonstration, décompose le mouvement et en apprend chaque geste. Son objectif premier  : participer à des battles et les remporter. En 2006 il découvre son terrain de jeu : le hall de gare des danseurs rouennais. Les battles se succèdent dans la France entière et il va vite progresser au sol dans la performance du break dance.

En 2014 il veut apporter autre chose à sa gestuelle et s’ouvre à d’autres  formes de danse. Il découvre le jazz puis la danse contemporaine. En 2015 il créé sa petite association avec

Abdoul M’barré Diallo et un autre ami dans le but de faire des rencontres dansées entre

 

l’Algérie, le Sénégal et les Etats unis. Aujourd’hui professeur au conservatoire de région de Grand Couronne, il transmet  sa passion de la culture urbaine. La rencontre avec Luc Moka lui ouvre un tout nouvel univers de danse hip-hop contemporain, de formes improviseés et de l’adaptation d’une  gestuelle multiculturelle


 

 

 Grand passionné et plusieurs fois champion de street ball Francky Bemonkey collabore depuis 2005 avec de nombreuses compagnies et collectifs d’artistes.

2017 KHOT championnat du monde en chine

2017 Wolrd of dance ( Crowd favorite)

2016/2017 Show + cour de freestyle a Rotterdam

2016 Top 8 WFBA en Hongrie

2015 Voyage humanitaire en Indonésie

2014 Championnat du monde FIBA, Espagne

2014 demi finaliste championnat de France

2013 Finaliste championnat de France

2013 Kasserine Street Urban Festival, Tunisie

2011 Moscow International Rap Festival, Russie

2010 La nuit du basket-ball

2007 Basket Contest France

                                                                   2005 And1 live Bercy, France

    

 

                   

 

 

 


Kassandre débute la danse à l'âge de quatre ans. Dès ses 14 ans, elle intègre le

Conservatoire Régional de Rouen. Elle y découvre la danse contemporaine ainsi que le théâtre.

 

2015, elle obtient le Diplôme d'Études Chorégraphiques en danse jazz, l'Unité de Valeur de Culture Chorégraphique et de Formation Musicale.

 

2016 c’est l’obtention du Diplôme d'Études Chorégraphiques en danse contemporaine, le Prix de Perfectionnement en danse jazz et l'Unité de Valeur d'Art Dramatique.

 

De 2014 à 2016, elle travaille avec le chorégraphe Frédéric Costallat de la compagnie Black Bakara. A Montpellier elle entre dans l'école Epsedanse, dirigée par Anne-Marie Porras.

 

2017, elle intègre la Compagnie Junior NID d'Anne-Marie Porras, travaille avec des  Mélanie Maurin (Danseuse soliste de Pina Bausch), Bruno Guillore (répétiteur de la compagnie Hofesh Shechter), Redha Benteifour, ou encore Alain Gruttadauria.

 

2018, elle part à New York faire un stage de danse à l'école Péridance Capezio Center. Elle y découvre la danse contemporaine américaine, notamment avec Rachel Hettinger, Max Stone et Yin Yue. Elle découvre aussi la Heels avec Shirlene Quigley. Elle suit également un stage chez Martha Graham avec Tadej Brdnik.

 

 





           Depuis 1990 Da Vox pratique le Human Beat Box qui est l'art de reproduire des instruments avec son corps. La posture, la respiration, les cordes vocales, la bouche, la langue

participent à la réalisation des sons. C'est à partir de 2005 lors de  premiers concerts et 2006 pendant les 1ers championnats de France de « Human Beatbox », que cet hobby est devenu passion.

 

 

 Sa curiosité musicale l'a emmené  à ouvrir son horizon artistique avec des musiciens et

chanteurs aux influences diverses de Jazz ou la chanson française, mais aussi avec des

artistes peintres, ou des « performers » dans le pur style hip-hop et « street-ball ». Da Vox

intègre ensuite plusieurs collectifs et compagnies, fait ses premières scènes Optical Sound en 2005. Recherchant la créativité, l'originalité et la musicalité il a su lors de ses rencontres

artistiques s’associer à des artistes aux univers différents : Philippe Aini plasticien, Fabien

Chevrier peintre,  GhettoArtConcept, Collectif Hip hop, Leman rapper







 

Danseur Autodidacte, Abdoul Diallo le revendique par sa curiosité et sa gestuelle

hip-hop très personnelle.

En 2008, il se lance à corps perdu dans le breack Dance, découvre et pratique le Popping, le New style puis se perfectionne avec la compagnie 6e dimension.

En 2012 il s’intéresse au Jazz Avec Wayne Barbaste qui l’encourage à pratiquer la

danse contemporaine. Ainsi, il multiplie les rencontres et les performances dansées. En 2014, il intègre le conservatoire régional de danse et de musique de Grand – Couronne et y enseigne la danse.

En 2017, Il créé une association avec Adriano Nicolini, une première création.

 

La rencontre avec la cie Vice Versa est pour lui un tremplin qui lui ouvre un tout nouvel univers de danse de formes improviseés et d’une gestuelle multiculturelle